Rester Vivants

-un film de Pauline Beugnies-

Révolution, où es-tu ? Dans l’Egypte d’aujourd’hui, les aspirations à la liberté de la jeunesse égyptienne sont coincées entre la main de fer du Maréchal Sissi et l’absolue nécessité de vivre. Rester Vivants dresse le portrait intime d'une génération émergente qui veut continuer à croire que le soulèvement populaire de janvier 2011 n’était pas vain.

Synopsis

Rester Vivants raconte l’histoire de quatre jeunes à l'aube du cinquième anniversaire de la révolution égyptienne, en janvier 2016, dans l’Égypte du Maréchal Sissi.

Eman, Soleyfa, Ammar et Kirilos. Une sœur musulmane rebelle forcée à l’exil, une activiste qui découvre la maternité et se sent muselée, un artiste laïque totalement dévoué à la cause révolutionnaire et un chrétien copte qui interroge les opinions qu’on lui dictait depuis toujours.

Tous les quatre se penchent sur leur propre histoire, leur propre image, et partagent leurs sentiments sur la situation actuelle. En cinq ans, ils ont évolué, traversé des crises, et dû faire face à des choix décisifs, pas forcément en ligne avec leurs idéaux de départ.

Rester Vivants est un film sur le temps qui passe, sur l'engagement et les idéaux qui s’égrènent, dans un contexte de répression violente et de propagande nationaliste.

Quelle vie, dans ce régime militaire, après un élan de libertés sans précédent ? Quelle existence dans une société économiquement marquée par ces bouleversements ? Quel héritage – ou quel poids à porter – pour cette jeunesse ?

Personnages

Solafa3

SOLEYFA

La mort de Khaled Saïd, jeune Alexandrin battu par la police en juin 2010 constitue l’élément déclencheur de l’engagement politique de Soleyfa au sein du mouvement pro-démocratique Justice et Liberté. Sur la place Tahrir, Soleyfa a trouvé l’amour de sa vie, Hossam. Aujourd’hui, elle se sent déchirée. Elle est devenue mère et a perdu une partie de son ardeur révolutionnaire, se refusant à exposer son fils à quelque danger. Par contre, elle est toujours journaliste, profession risquée dans l’Égypte d’aujourd’hui.

EMAN

A 18 ans, Eman a revendiqué son indépendance et refusé de voter Ikhwan, les Frères Musulmans, comme le reste de la famille. Elle a opté pour Tayyar el masri, un nouveau parti fondé par d’ancien Frères Musulmans déçus par l’opacité, le manqué d’ouverture et la rigidité de la Confrérie. Le coup d’Etat du 3 juillet 2013, qui entraîna la destitution de Morsi, le président Frère Musulman, mit une fin brutale aux ambitions d’Eman. Elle a fui au Koweït et après un bref retour en Égypte pour donner naissance à un fils, elle est partie vivre au Qatar.

Eman6
16010220_10154064316755588_1188248044_o

KIRILOS

Dans sa ville de Qena, en Haute-Égypte, où il vit avec sa famille, Kirilos n’entendit que de lointaines clameurs en 2011, fortement édulcorées par le discours médiatique anti-révolutionnaire. Il fut tenté de rejoindre les cortèges. Mais, à l’instar de l’écrasante majorité de ses coreligionnaires, il s’est abstenu. Par contre, il a osé questionner la position de l’Église. S’il n’a pas applaudi l’arrivée au pouvoir des Frères Musulmans, il leur a laissé le bénéfice du doute. L’année passée sous l’autorité de la Confrérie a drastiquement réduit ses espoirs de dialogue. Aujourd’hui, le jeune diplômé se concentre sur sa carrière de représentant médical.

AMMAR

Ammar est un révolutionnaire permanent, contre toute dictature militaire, tout régime théologique, et inversement.

Avant d’être happé par son élan révolutionnaire, ce grapheur enseignait à l’Académie des Beaux-Arts de Louxor. Ammar fait partie des rares Égyptiens qui ont refusé d’entendre les sirènes de l’armée après le coup d’État de juillet 2013. Défiant tous les dangers, il continue d’exposer ses critiques sur les murs du centre du Caire.

Ammar2

Auteure/réalisatrice

Paulines Beugnies

Pauline Beugnies (1982) est née à Charleroi en Belgique. Après des études de journalisme à l’Ihecs, elle étudie le photojournalisme à l’école de journalisme de Arhus au Danemark. Pauline est co-fondatrice du collectif photo « Out of Focus ». Son travail documentaire l’a conduite, entre autres, au Bangladesh, en Albanie et en Egypte, où elle a vécu cinq ans. Elle y a appris l'arabe et a travaillé notamment sur la jeunesse. Son travail a été publié dans des journaux et magazines de la presse française et internationale. C'est à son retour forcé en Belgique en 2013 qu'elle décide de se lancer dans la réalisation de son premier film documentaire Lessa Aichin, Rester Vivants.
www.paulinebeugnies.com

Productrice

Laurence Buelens

Laurence Buelens (1981) est née à Bruxelles. Après des études de journalisme à l’IHECS, elle poursuit un programme postuniversitaire en politique internationale, spécialisation monde arabe, à l’Université Libre de Bruxelles. Elle commence sa carrière professionnelle comme journaliste dans la presse écrite pour s’orienter vers la production audiovisuelle à partir de 2010. En 2013, elle complète sa formation en Argentine avec une maestria en cinéma documentaire à l’Université du Cinéma de Buenos Aires. A son retour, elle crée Rayuela Productions et commence directement à travailler sur Rester Vivants. En parallèle, Laurence mène un projet de long documentaire qu’elle réalise, sur le village palestinien de Battir (en développement actuellement).
www.rayuelaprod.com

Preneuse de son

Marion Guénard

Marion Guénard (1982) est née à Compiègne en France. Après un master de lettres à Paris 4 et des études de journalisme au Centre de formation des journalistes (CFJ), elle s'installe en Egypte en 2007 pour y enseigner le journalisme à de jeunes Egyptiens francophones à l'Université du Caire. Elle décide d'y rester, d'apprendre l'arabe et devient correspondante sur place pour plusieurs médias francophones. Son travail a été publié dans Le Monde, Libération, Le Figaro, Les Inrockuptibles et diffusé sur Radio France et la Radio suisse romande. Aujourd'hui basée à Amman en Jordanie, elle travaille sur des projets documentaires, radio et écrits, dans différents pays, du Liban au Sénégal en passant par Paris. En novembre 2016, elle obtient une bourse de l'Institut français pour écrire son premier roman, inspiré de la révolution égyptienne.

Partenaires